Renaud-de-Barbuat

Renaud de Barbuat*: Face à un tsunami, avec plusieurs révolutions technologiques simultanées…

| 0 comments

*Ancien DSI d’EdF et de Thales

Innovationblog : Quelle est votre vision de l’innovation pour les Systèmes d’Information dans les entreprises ?

Renaud de Barbuat : Je pense qu’il existe deux types d’innovation pour les systèmes d’information des entreprises. Il y a d’abord l’innovation par l’usage. Il s’agit de créer de la valeur business par l’usage des nouvelles technologies digitales. La question n’est pas tant d’inventer la technologie que de savoir l’utiliser. Un exemple dans l’aéronautique, les applications de réalité augmentée sur tablettes commencent à être utilisées pour assister la maintenance et la réparation. C’est un outil d’efficacité et un nouveau service que l’on peut commercialiser auprès des clients. L’entreprise innove en intégrant différentes technologies (tablette, maquette numérique, réalité augmentée) et en numérisant son savoir-faire.

Il y a ensuite l’innovation technologique à proprement parler. Celle-ci n’est plus l’apanage des seules entreprises High Tech, elle concerne toutes les entreprises qui veulent différencier leur offre de produits et de services, en développant des logiciels ou des systèmes numériques en avance sur la concurrence. Dans ce cas, l’entreprise joue un rôle d’innovateur technologique, avec une part qui concerne les systèmes d’information, comme par exemple les équipements connectés en domotique qui font appel à un service sur le Cloud.

Innovationblog : Quel est le rôle de la Direction des Systèmes d’Information (DSI) dans ce processus d’innovation digitale ?

Renaud de Barbuat : La DSI a un rôle important à jouer mais elle n’agit jamais seule. Ce rôle peut varier selon les métiers de l’entreprise. Le maître-mot, c’est le travail coopératif. Par exemple, quand la R&D avec le Marketing crée des logiciels intégrés aux produits et services de l’entreprise, le rôle de la DSI peut aller de la simple fourniture des infrastructures de calcul à la prise en charge des développements logiciels, en passant par la mise à disposition des outils d’ingénierie (CAO, maquette numérique, gestion de configuration). Cela dépend des compétences respectives de la R&D et de la DSI, et du degré d’adhérence avec les SI internes de l’entreprise.
Dans le cas des biens de grande consommation, la DSI est le partenaire technologique du Marketing, en complément des agences digitales et des acteurs de la publicité et du CRM sur internet. Son rôle est de prendre en charge tous les domaines où l’entreprise a besoin de garder la maîtrise comme par exemple la gestion des informations clients, la gestion des actifs multi-médias, l’intégration du multi-canal. Son rôle est aussi d’apporter une expertise technique dans le pilotage des prestataires et dans la maîtrise des principales plateformes de e-commerce ou de Big Data.

Innovationblog : Que peut-on attendre des nouvelles innovations que sont le Cloud Computing et les Big data pour apporter la révolution numérique aux entreprises ?

Renaud de Barbuat : Le Cloud Computing n’est déjà plus une innovation, il est utilisé par de nombreuses entreprises sous différentes formes, Saas/Paas/Iaas, en mode public ou privé. Il apporte des bénéfices en terme de flexibilité, de rapidité de déploiement, et dans certains cas de coûts. Ce qui se joue actuellement, c’est l’ampleur de sa diffusion, avec un apprentissage de ce qui est possible au fur et à mesure, en fonction des risques et des opportunités, et en fonction des offres du marché. Il est probable qu’il ne se substitue pas totalement à l’informatique classique, notamment pour les grandes entreprises, aboutissant ainsi à des architectures hybrides. C’est le rôle des DSI de définir ces architectures.

Pour le Big Data, nous sommes vraiment en phase d’innovation, innovation dans la technologie et innovation dans les usages. Il est incontestable qu’un champ très vaste et très prometteur est en train de s’ouvrir, qui deviendra d’ailleurs indispensable pour traiter la masse d’information générée par le numérique (web, mobile, objets connectés). Seules quelques entreprises en ont une véritable maîtrise à ce stade (i.e. : Google, Amazon, Criteo).

Chaque entreprise doit choisir en fonction de sa stratégie entre une approche early adopter et une approche follower. Dans le premier cas, il faut accepter un foisonnement, des expérimentations et donc des réussites et des échecs. Dans le deuxième cas, il faut accepter le risque d’être momentanément en retard sur certains sujets.

Innovationblog : Les outils collaboratifs (web.2, etc…) proposés par des DSI ne peuvent-ils pas induire des cultures d’entreprise plus innovantes ?

Renaud de Barbuat : Dans ce domaine, il faut raisonner de façon systémique. La mise à disposition d’outils ayant les bonnes fonctionnalités et la bonne ergonomie va stimuler l’innovation et la collaboration. Mais c’est aussi la culture de l’entreprise qui va stimuler l’utilisation réelle de ces outils.
Pour réussir en matière de collaboration 2.0, il faut que trois conditions soient réunies ;
• en premier il faut qu’il y ait un véritable besoin de collaboration, par exemple quand l’entreprise est organisée en matriciel marques x géographies, ou lignes de produit x géographies,
• ensuite il faut une impulsion de la direction générale qui va donner le cap, montrer l’exemple et investir dans la conduite du changement et la communication,
• enfin il faut des outils très ergonomiques et une infrastructure sans faille.

Innovationblog : En quoi consiste alors aujourd’hui la mutation numérique ?

Renaud de Barbuat : La mutation numérique des entreprises présentent trois caractéristiques majeures ;
La première : une formidable accélération de l’innovation. Nous sommes face à un tsunami avec plusieurs révolutions technologiques simultanées, l’accès généralisé à internet, la mobilité, le Cloud Computing, le Big Data, les objets connectés, l’imprimante 3D et les logiciels de plus en plus « intelligents », là ou dans le passé nous avons vécu des vagues successives (mainframe, client-serveur, PC, puis internet). Et ceci se passe à une échelle planétaire.
La deuxième : ces innovations touchent en profondeur tous les compartiments de l’entreprise, la relation client, les produits et services, les opérations internes, la relation fournisseur, la collaboration et les modes de management.
Enfin la troisième : le besoin de cohérence transverse. L’entreprise numérique doit être pensée et développée de façon intégrée, pour être efficace.

Innovationblog : Comment les DSI doivent-elles agir dans ce contexte ?

Renaud de Barbuat : Dans ce contexte, les DSI doivent concilier agilité et cohérence, innovation et standardisation. Pour cela, elles doivent maîtriser deux facteurs clés de succès.
D’abord être capable de différencier la façon de travailler selon les domaines. Dans les domaines d’innovation, il faut travailler avec des méthodes agiles en partenariat avec des entreprises innovantes. Dans d’autres domaines, il faut appliquer des méthodes industrielles, de standardisation et de rationalisation.
Ensuite, il est essentiel d’inscrire toutes les actions dans une architecture d’entreprise, architecture qui conjugue les fondamentaux de la stratégie business, les choix d’organisation, les choix technologiques et les choix de make or buy.

Author: pergame

Créateur et réalisateur depuis 10 ans de show-rooms virtuels et de vitrines technologiques pour des groupes de haute technologie, PERGAME CONSEIL est un cabinet de conseil spécialisé dans la valorisation de l’innovation et des technologies. Ses experts et designers accélèrent la transformation des réseaux d’innovation en développant leur audience et leur rayonnement au sein des entreprises et de leurs filières métiers. L'expérience acquise par PERGAME CONSEIL et ses partenaires Cybel, Creé, RCBF dans la valorisation de l'innovation est irremplaçable pour les entreprises qui veulent progresser vite et bien. La part que le cabinet a pris depuis des années dans la priorité donnée à l'innovation aujourd'hui témoigne de son objectivité et de son sérieux dans ce domaine au-delà de la précarité des effets de mode.

Leave a Reply

Required fields are marked *.


Current day month ye@r *