Panerai Classic Yacht Challenge - Voiles D'Antibes 2012

Y-a-t-il un pilote dans l’innovation ?

| 0 comments

Maintenant que l’innovation est reconnue comme le marqueur de l’entreprise, il faut l’organiser. Car si elle est bien la caractéristique de la start-up, dont le principe est précisément le développement d’une innovation (ce qui manque au départ, c’est la maîtrise de l’ensemble des ressources pour l’accomplir), on ne peut dire qu’elle soit naturellement la conséquence directe de la gestion de la grande entreprise ou de l’ETI. Au contraire, depuis les années 2000, la recherche maximale de productivité et de profitabilité a conduit à standardiser top-down les process et à en faire contrôler la bonne exécution ; ce qui en retour a secrété descomportements collectifs et individuels de docilité, de recherche de la sécurité et de réduction du risque, tempérés en théorie par l’accroissement de pression managériale sur les performances. Elle est devenue facteur d’autres déviations compensatoires en retour. A présent, pour stimuler efficacement des organisations décidément trop frileuses à l’innovation, il apparaît nécessaire de trouver le bon effet de levier et de le placer en de bonnes mains. Qui donc peut prendre en charge de façon transverse cette nouvelle approche de l’innovation, en dehors des métiers de pointe qui jouent – ou devraient jouer -par vocation le rôle de moteur dans ce domaine comme la Recherche, le Marketing, la Stratégie ( notamment lorsqu’elle supervise l’intelligence économique et la veille technologique). Plusieurs nouveaux acteurs sont apparus : Les DRI (directions de recherche et d’innovation), les DSI (directions des systèmes d’information), plus récemment encore les directions de l’Innovation. Les DRH pour leur gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) sont également en réserve. Sans oublier les directions en charge des partenaires de l’entreprise étendue développée par l’outsourcing et le repli sur le corebusiness.

Il est clair qu’il n’y pas là comme ailleurs, de solution idéale, applicable à toutes les situations. Les entreprises ont des diversités de positions sur des marchés – encore plus différenciés selon les types de produits, d’organisation et d’intégration de métiers, de maîtrise des ressources et de technologies, de stratégie d’avantages, de culture de business models. Mais on trouve des invariants :

- Les directions de Recherche et d’Innovation présentent l’avantage considérable de détenir dans leurs centres de recherche toutes les expertises, ainsi que de savoir anticiper sur l’avenir en terme de technologies. Mais elles manquent souvent de l’expérience commerciale des marchés, et sont par nature décalées par rapport aux contraintes d’industrialisation. Il leur reste d’autre part à intégrer recherche technologique et management transverse de l’innovation dans tous les secteurs (et pas forcément technologiques), après avoir su  définir et organiser une doctrine de l’innovation.

-  Les directions des Systèmes d’Information sont en charge de la conduite de la formidable révolution numérique dans tous les métiers de l’entreprise, ce dont les DG d’entreprises attendent conjointement une majoration considérable de la capacité à l’innovation, des réductions d’effectifs, et un allègement des structures hiérarchiques lourdes qu’elles ont pourtant elle-mêmes mises en place. Leur rôle est également considérable. Mais elles se ressentent davantage comme des directions techniques que stratégiques, et privilégient de ce fait les interventions à base technique,  menées de façon collaborative au service des autres fonctions de l’entreprise.

-   les directions des Ressources humaines ont l’avantage d’être impliquées dans les processus de conduite de changement, ce qui leur donne un savoir-faire de dynamique sociologique, transverse.  La GPEC aurait pu devenir une boite à outils déterminante en fournissant une expression opérationnelle de la vision stratégique de l’entreprise, mais elle aurait besoin d’être sérieusement réactivée, car elle n’a pas été “professionnalisée”  dans le passé par des DRH,  jusqu’ici plus soucieux de donner priorité aux problématiques sociales liées à l’évolution . dans ce contexte, leur apport futur dépendra de leur contribution effective.

-  Les directions d’Innovation représentent la création la plus récente dans les entreprises (après les directions du développement durable il y a plusieurs années) qui se répand rapidement. Ces nouvelles directions transverses entièrement dévolues à la diffusion de l’innovation dans les entreprises débutent leurs activités et c’est donc en ce moment qu’elles s’étoffent, créent leurs réseaux d’experts internes et externes, mettent en place de nouvelles doctrines et organisations.Le baromètre* qu’Act One et HEC ont réalisé donne des perspectives éclairantes à ce sujet.

On voit bien que ces nouveaux acteurs à la compétence transverse ont néanmoins à associer les ressources précédemment citées du Marketing, de la Technologie et de la Stratégie.

Le management de l’innovation est donc aujourd’hui dans les grandes entreprises en train de s’organiser. Reste à vérifier comment les partenaires de l’écosystème qui sera construit fourniront les réponses et les moyens appropriés aux challenges qui se profilent.

C’est pourquoi Innovationblog donne la parole aux grands acteurs de l’innovation dans des interviews qui seront publiés régulièrement.

*http://www.actone.net/wp-content/uploads/2013/11/Baromètre-Act-One-HEC-2013-des-Directeurs-de-lInnovation-Résultats-complets.pdf

 

 

 

 

 

Author: pergame

Créateur et réalisateur depuis 10 ans de show-rooms virtuels et de vitrines technologiques pour des groupes de haute technologie, PERGAME CONSEIL est un cabinet de conseil spécialisé dans la valorisation de l’innovation et des technologies. Ses experts et designers accélèrent la transformation des réseaux d’innovation en développant leur audience et leur rayonnement au sein des entreprises et de leurs filières métiers. L'expérience acquise par PERGAME CONSEIL et ses partenaires Cybel, Creé, RCBF dans la valorisation de l'innovation est irremplaçable pour les entreprises qui veulent progresser vite et bien. La part que le cabinet a pris depuis des années dans la priorité donnée à l'innovation aujourd'hui témoigne de son objectivité et de son sérieux dans ce domaine au-delà de la précarité des effets de mode.

Leave a Reply

Required fields are marked *.


Current day month ye@r *